Liste des maires successifs de Dénat

Mise à jour 07/2021
Depuis 2020 : M. Olivier OUSTRIC
De 2014 à 2020 : M. Dominique SANCHEZ
De 2006 à 2014 : M. Michel ANDRAL
De 1971 à 2006 : M. Robert RAYNAL
De 1959 à 1971 : M. Clément PUGET
De 1935 à 1959 : M. Jules CATHALA
De 1929 à 1935 : M. Elie PEZOUS
De 1908 à 1929 : M. Pierre Hyacinthe Sylvère LASSERRE
De 1904 à 1908 : M. Edouard TAILLEFER de LAPORTALIERE
De 1884 à 1904 : M. Jean François SUDRE

De 1882 à 1884 : M. Barthélémy Louis Alphonse de Liguori RAYNAUD
De 1872 à 1882 : M. Pierre PEZOUS
De 1865 à 1872 : M. Philippe François RIEUNIER
De 1848 à 1865 : M. Adolphe FERRET
De 1843 à 1848 : M. Antoine VIGUIER
De 1838 à 1843 : M. Adolphe FERRET
De 1832 à 1837 : M. Jean François PAULIN
De 1800 à 1831 : M. Jean Pierre Hyacinthe PENDARIES
De 1795 à 1800 : M. Jean Baptiste BERNADOU
De 1793 à 1795 : M. Joseph VIGUIER


Les églises de la commune

Eglise
Eglise Entrée
Eglise Vue intérieure
Eglise Rétable
Eglise Escalier

Mise à jour 07/2021
Deux églises, aujourd’hui disparues, se trouvaient sur le territoire de la commune :
- l’église Saint-Christophe se trouvait à proximité du hameau Les Grèzes et a été détruite pendant la Révolution. Les dénatois s’y rendaient en pèlerinage les lundis de Pâques.
- la chapelle Saint-Martin de Cavaziès a elle aussi été détruite pendant la Révolution.
 
Seule l’église Notre-Dame-de-l’Assomption (anciennement Notre-Dame-de-Dénat), datant du XIIe siècle et classée au titre des monuments historiques depuis le 18 juin 1927, existe encore.
A l’origine, l’église aurait été constituée d’une nef unique avec comme transept les deux chapelles de saint Joseph et de la sainte Vierge. Elle formait donc un édifice de style roman, en forme de croix latine.
Particulièrement bien conservé, son chœur est un chef d’œuvre d’art roman.
L’entrée du chœur est surmontée d’un arc en plein cintre à double rouleau reposant sur des colonnes engagées soutenues par des piliers massifs. Conformément à la tradition romane, les chapiteaux sont tous différents : deux sirènes à la double queue courbée vers le haut, qu’elles tiennent avec leurs bras écartés horizontalement sont représentées sur celui de droite alors que celui de gauche est formé de nervures finement ciselées rappelant par leur grâce et leur élégance les antiques feuilles d’acanthe.
La première travée en partant du chœur est limitée par des piliers. Leur chapiteau roman est également orné : celui de gauche a la corbeille décorée aux angles, de pommes de pin tandis que l’on retrouve les deux sirènes de l’entrée du chœur sur celui de droite.
La fin de la seconde travée est marquée par des colonnes engagées dans des piliers avec des chapiteaux très simples. A gauche, nous avons des feuilles de chêne avec leur branchage, à droite sont représentées des feuilles indéterminées.

La reconstruction du toit de la nef à l’époque gothique (vers le XVe siècle) explique la présence de voûtes en croisées d’ogives.
Le clocher roman ressemble davantage à un donjon défensif.
 
Au XVIe siècle, l’église de Dénat devenant trop petite pour la population grandissante du village, quatre nouvelles chapelles furent construites : les chapelles de saint Roch, de sainte Germaine, de saint François et des Cinq Plaies et de saint Antoine.

Au XVIIe siècle, une tour permettant l’accès au clocher et pourvue de deux archères est construite sur l’emplacement de l’ancienne tour d’accès au clocher.

Au début du XVIIIe siècle, suite à la visite de l’archevêque d’Albi et seigneur de Dénat : Charles Le Goux de La Berchère, une petite sacristie est accolée à la nef.
En 1746, un porche protégeant le portail de style ogival de l’entrée est construit, le Père J.-B. Durand prenant en charge son financement.
En 1782, trois cloches sur quatre ont été fondues pour fabriquer des canons.
 
A la fin du XIXe siècle, Pierre-Paul Laclau a sculpté pour l’église de Dénat une chaise curiale ainsi qu’un magnifique retable et une chaire.
En 1898, la chapelle saint Joseph est agrandie et une nouvelle sacristie est construite à la gauche de l’abside, sur l’emplacement de l’ancienne maison presbytérale et du four commun (qui s’étaient effondrés au début du XVIIe siècle).
 
La cloche en bronze de 1782 restante a été classée par les Beaux-Arts en 1943.
Entre 1994 et 2005, l’église Notre-Dame-de-l’Assomption a été entièrement rénovée (intérieur et extérieur).